Podcast #47 - Doctor Strange


Arrêtez avec vos baguettes, on parle de vraie magie.
Avec la trinité Cumberbatch/Swinton/Mikkelsen, l'adaptation d'un personnage emblématique de l'univers Marvel tel que "Doctor Strange" avait donc de quoi susciter notre intérêt immédiat. Un tel niveau de casting montre d'une part, que Marvel Studios/Disney dispose de moyens colossaux pour ses prochains films, et d'autre part que, même s'il est devenu de plus en plus sévère, le public continue de répondre présent. Preuve que le studio a encore de beaux jours devant lui. Mais attention, il ne faut pas oublier que même si sur certains points, le renouvellement s'est fait sentir, le "MCU" (Marvel Cinematic Universe") reste avant tout un modèle, ou une formule plutôt, et que celle-ci ne change pas vraiment au bout du compte. Alors que va-t-il en être des prochaines productions (Thor 3, Les Gardiens de la Galaxie 2, Spider-Man, Black Panther et les Avengers,...) ? C'est finalement un enjeu crucial pour le studio qui possède toutes les cartes pour pouvoir continuer sereinement son aventure sur grand écran.
Un épisode, avec toute l'équipe, qui a suscité pas mal d'interrogations.

Au programme ce mois-ci donc...
Un retour sur les dernières bandes-annonces (Valerian, Ghost in the shell), des petites infos sur les projets en cours (Bohemian Rapsody, Millenium) et le point Box-Office pour bien se mettre en jambe. On se fera un petit débat sur le film du mois, pour terminer par le Quiz spécial "Objets Célèbres du Cinéma".

L'Edito de Raph
Amis d'Un Coin de Ciné, je vous souhaite bien le bonjour.
Nous sommes de retour pour le dernier film des productions MARVEL. Accrochez vous bien, il s'agit du 14ème qui n'est autre que le deuxième de la troisième Phase. Quand je relis cette précédente phrase, j'ai l'impression que j'essaye d'expliquer un lien de parenté quelque peu éloigné que j'ai avec une personne qu'on a du mal à identifier (le cousin germain du père de mon beau-frère). Pour épicer le tout, on rajoute même des passerelles entres tous ces personnages qui n'ont aucune logique temporelle. Je sais, je suis de mauvaise foi d'autant plus que le succès de ces différentes sagas ont vite fait de taire le bon ronchouillard que je suis. Les chiffres sont là et malgré l'enchainement complexe de ces films, le public suit et en redemande. De retour pour revenir encore plus fort (même si c'était déjà le cas) laissez-vous bercer une nouvelle fois par les voix suaves et envoutantes de Seb, notre mystérieux Mr L et votre dévoué serviteur pour ce podcast aux couleurs une nouvelle fois de super-héro. 

Tom Holland signe pour 6 films Marvel Studios

La BA de "Valerian et la Cité des mille Planètes"


La BA de "Ghost in the Shell"


Rami Malek incarnera Freddie Mercury dans le biopic "Bohemian Rapsody" de Brian Singer

Un bien joli programme pour vous les amis. N'oubliez de nous laisser des commentaires et de nous faire part de vos avis sur les films.

RETROUVEZ-NOUS ET SUIVEZ-NOUS SUR:
NOS TWITTER RESPECTIFS:


Pour télécharger l'épisode, c'est par ici en MP3.


Bonne écoute et on se retrouve en décembre pour le dernier podcast de l'année 2016.
On vous embrasse !

https://itunes.apple.com/fr/podcast/un-coin-de-cine/id507807089?l=en


Un point de vue comme un autre: Moi Daniel BLAKE


Amis d'un coin de ciné, je vous souhaite bien le bonjour.
Aller voir un film de Ken LOACH, c'est un peu comme si on allait dans un manège à sensation les yeux bandés. On peut ressortir de là complémentent bouleversé ou alors on reste heureux même si on a préféré ce qu'on a ressenti la dernière fois.


Daniel BLAKE est un homme de 59 ans qui, suite à un accident cardiaque, doit faire appel à une aide sociale car son médecin lui interdit d'exercer son métier de charpentier. Malgré cette contre-indication médicale, l'état anglais lui oblige à rechercher un travail car il ne le reconnaît pas suffisamment handicapé et le menace même de sanctions financières. Au cours de ces différentes visites au "job center", il va rencontrer Katie, une mère de deux enfants, qui a été contrainte de déménager à 450 km de sa ville natale sous peine d'être placée dans un foyer d'accueil. Daniel BLAKE et Katie, tous deux faces à des situations désespérées, vont décider de s'entraider.


Ken LOACH est un génie. C'est dans la simplicité du récit que ce réalisateur réussit à puiser la puissance des sentiments et des émotions. Face à ces aberrations, ce film transpire la rage de s'en sortir à tout prix, la détermination à vouloir rester digne et solidaire dans la difficulté. En prenant des acteurs inconnus, Ken LOACH réussit avec beaucoup de dextérité à leur laisser "carte blanche" ce qui donne dans leur jeu d'acteur une sorte de naïveté juvénile qui décuple la puissance du film. A 80 ans tout de même, la Palme d'Or reçue à Cannes cette année par Mr LOACH est sans appel. Il rentre dans le cercle très fermé des réalisateurs à en avoir deux et aussi mon infinie reconnaissance car c'est ce genre de films qui m'ont fait aimé le cinéma. Depuis "Million Dollar Baby", je n'étais pas ressorti d'une salle de cinéma si bouleversé.
C'est un gros coup de cœur pour moi qui lui vaut bien un 4.5/5 sur l'échelle d'Un Coin de Ciné. On frôle la perfection. Merci pour ce moment.

Cinématographiquement votre.


Podcast #46 - Les Sept Mercenaires


Remake or not remake?
Hollywood ne cessera jamais de nous surprendre pour trouver des concepts exploitants au maximum un film ou une licence. Aujourd'hui (enfin ça fait déjà quelques temps que ça a commencé), voici le "soft-reboot". Car oui, le remake c'est fini, c'est un peu ringard maintenant. Donc, on prend un classique, on vous change quelques trucs pour faire genre "on est moderne" (casting de femmes pour les derniers "Ghostbusters", casting international pour "Les Sept Mercenaires", etc...) et on rajoute un peu d'humour second degré histoire de surfer sur l'effet Marvel Studios et on fait pleins de clins d'oeil à l’œuvre originale pour dire "Regardez les fans, nous aussi on a vu le film!". Enfin on fait faire ça par un "Yes-man" n'ayant aucune ambition de réalisation ou de point de vue sur l’œuvre (dans notre cas, Antoine Fuqua). On se retrouve devant un film se voulant fun mais qui ne l'est pas vraiment, se voulant drôle mais qui ne l'est pas vraiment, devant un remake mais qui l'est pas vraiment.
Pour ce numéro de la rentrée, son Altesse de Monaco est avec nous pour en débattre.
En route pour l'épisode 46!

(Petit erratum: "Justice League" sortira le 15 novembre 2017)

Au programme ce mois-ci donc...
Nous restons sur du classique, puisque nous commencerons avec les petites news (le Festival Lumière, Taxi 5, les chiffres du cinéma français, Spider-Man Homecoming,...). Un petit retour sur le Box-Office et on s'attaquera au débat du film du mois "Les Sept Mercenaires". Le Quiz de fin évidemment sera là.

L'Edito de Raph
Amis d'Un Coin de Ciné, je vous souhaite bien le bonjour et une excellente rentrée. On espérait tous une rentrée fracassante mais à l'image de cet été, c'est le calme plat. Cela fait la part belle aux films d'animation, qui, il faut l'avouer, sont plus que corrects heureusement, et aux opportunistes tels que "Radin !". Oui c'est pas la joie.
L'éternel optimiste que je suis voit se pointer aux premières lueurs de l'autonome un western porté haut par un alléchant casting. Bon c'est un remake et je me dis: " garde ta ligne de conduite, on est pas à un remake près". Je regroupe quelques amis histoire de faire monter l'euphorie jusqu'à son apogée lors de la séance mais mon magazine fétiche me donne quelques indications en le taillant et là le doute commence tout doucement à m'habiter. Denzel ne se permettrait pas de me faire ça quand même ? Là encore je sors avec l'impression que la digestion de ce film va être quelque peu compliqué. J'espère seulement qu'en débattant de ce film avec mes fidèles compagnons je m'apercevrais que mon jugement baignait dans l'erreur. C'est à découvrir dans ce nouveau podcast qui je le sais déjà va me remettre d'aplomb.

Le Festival Lumière 2016 se déroulera du 8 au 16 octobre

Le projet "Taxi 5" est lancé

Fin de tournage pour "Spider-man Homecoming"

Fin de tournage pour "Justice League"



RETROUVEZ-NOUS ET SUIVEZ-NOUS SUR:
NOS TWITTER RESPECTIFS:


Pour télécharger l'épisode, c'est par ici en MP3.


Allez au cinéma, prenez soin de vous.
Rendez-vous pour un prochain épisode.

https://itunes.apple.com/fr/podcast/un-coin-de-cine/id507807089?l=en


Un point de vue comme en autre : Juste la Fin du Monde



Amis d'Un Coin de Ciné, je vous souhaite bien le bonjour. Je sais, ça faisait longtemps, trop longtemps. Le quotidien m'a éloigné de vous mais la passion qui nous lie m'a ramené vers les salles obscures. De plus, il était impossible pour moi de rater le nouveau film de Xavier DOLAN annonciateur, à sa façon, de l'apocalypse.




Depuis que j'ai vu "Mommy", les films de ce réalisateur sont devenus incontournables. Sans faire la langue de bois, je n'ai vu que deux de ses films mais il me tarde de découvrir son entière filmographie. Imaginez un peu, sept longs métrages en sept ans de carrière et il a peine 27 ans!!!
Pour sa nouvelle réalisation, Xavier DOLAN a décidé d'adapter une pièce de théâtre éponyme de Jean-Louis LAGARCE, disparu à 38 ans.


Ce film évoque le retour de Louis (Gaspard ULLIEL), écrivain vedette, après douze ans d'absence auprès de sa famille, pour leur annoncer sa mort prochaine. Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, le casting est très alléchant. Comme dans son précédent film, Xavier DOLAN nous propose une œuvre puissante en terme d'émotion ou chaque instant est formidablement exploité. Cette famille peine à se parler, à s'aimer. Toutes les émotions sont confuses pour chacun des personnages du à ce retour inattendu du fils prodigue. On s'attache tellement à ces personnages qu'on est sans arrêt en train d'essayer de les comprendre.




Il en ressort un très bon film avec des acteurs (sans exception) qui donnent la pleine mesure de leurs talents. Mon coup de cœur va vers Gaspard ULLIEL et Vincent CASSEL qui sont légèrement au-dessus du lot. On est pas à la hauteur de "Mommy" (si vous ne l'avez pas vu, essayez de le voir) mais on est encore sur de la qualité.

Je lui accorde un 4/5 sur l'échelle d'Un Coin de Ciné.

Cinématographiquement vôtre.
Fourni par Blogger.