Podcast #42 - Cannes 2016



Ken Loach a-t-il fait une jolie place sur sa cheminée?
Cannes reste et restera un sujet de débat toujours aussi passionnant. Chaque année, chaque jury, chaque sélection, chaque palmarès nous apporte son lot de bonnes et de mauvaises surprises. Nous avons à de nombreuses reprises parlé de ce que beaucoup (en bombant le torse!) considèrent comme le plus grand festival de cinéma du monde. On a donc décidé d'y consacrer un épisode (nouveau format) entier et de vous faire partager nos différentes impressions sur cet évènement. C'est en compagnie de sa Majesté "Seb from Monaco" bien-sûr que nous sommes revenus sur cette quizaine et, une fois n'est pas coutume, il nous a préparé un petit quiz.

Au programme ce mois-ci donc...
Programme habituel avec les news marquantes et le point Box-Office. Ensuite, on vous fera notre retour sur le Festival de Cannes (le palmarès, le jury,...) pour enfin terminer par les coups de cœur/de gueule ("Au bout de la nuit", "Le Sel de la Terre") et le Quiz.

L'Edito de Raph
Amis d'Un Coin de Ciné, je vous souhaite bien le bonjour. Les beaux jours arrivent et les bons films aussi j'espère. L'arrivée de l'été a toujours été synonyme pour moi du festival de Cannes, Roland Garros et le Tour de France. C'est fou ce que l'on peut se mettre comme rituel ou bien c'est moi qui a toujours eu des habitudes comme un vieux. Je sais que vous serez suffisamment polis et respectueux pour ne pas me le dire et je vous en remercie.
A l'heure où le festival remballe son tapis rouge et aspire les dernières paillettes, les résultats sont en faveur du cinéma populaire. Ce festival est un paradoxe à lui tout seul. Ce dernier reste dépendant de Hollywood car il a besoin d'acquérir de la notoriété mais il se veut aussi indépendant en essayant d'ouvrir la grande porte à des auteurs engagés et des cinémas venant du monde entier. Cannes a été aussi le fruit de polémiques en tous genres mais a toujours finit par polir son image. Aussi bizarre qui puisse être ce paradoxe, c'est LE festival le plus populaire du cinéma mondial avec celui de Toronto. Il est devenu un passage incontournable de tout le gratin du ciné pour accéder aux récompenses majeures. Pour vous chers amis, et dans un format raccourci on vous raconte tout sur le festival et, comme à notre habitude, on a pas pu s'empêcher de dire ce qu'on en pense..


Alden Ehrenreich, l'acteur choisi pour incarner Han Solo


Mike Myers de retour dans le thriller "Terminal"









Il a une belle tête de vainqueur


Nouveau podcast, nouveau format, puisque nous avons décidé de revenir à des épisodes ayant une durée plus raisonnable. On a pensé à vos oreilles. Et en plus, vous risquez de voir un autre épisode arriver durant ce mois de juin. Vous avez vu comme on est sympas, non?

Partagez le podcast et laissez vos commentaires, ça fait toujours plaisir. Vous pouvez vous abonner sur iTunes, et sur les Appli Androïd de podcasts. Il y a bien sûr notre page Facebook et nos comptes Twitter respectifs (Raph / Lorànt). Mais aussi, la chaîne YouTube est désormais disponible ici, parce que... ben pourquoi pas!

Pour télécharger l'épisode, c'est par ici en MP3.


Prenez soin de vous, allez au cinéma et on se retrouve très bientôt donc pour un nouvel épisode.
;)


https://itunes.apple.com/fr/podcast/un-coin-de-cine/id507807089?l=en

Psychanalyse pour des cons

Amis d'un coin de ciné, j'ai besoin de vous.

Oui je sais ma démarche est inhabituelle et on va trouver un moyen de parler ciné. Mais aujourd'hui je sens un cri du cœur ou un coup de gueule qui rugit en moi. Je vais m'allonger et respirer profondément pour éviter que ce ne soit pas trop intense et donc brouillon.
L'actualité récente m'a fait bondir. Comme certains le savent déjà, je suis un passionné de sport et il se veut malheureusement être le reflet de notre quotidien ( j'ai toujours détesté quand on disait l'expression "société" pour ce que l'on vivait tous les jours ). Cette actualité m'a d'autant plus fait mal, car mon idole de jeunesse Mr CANTONA a commencé à entre-ouvrir un sujet ô combien important qui est celui de la non sélection de deux joueurs à la consonance maghrébine ou musulmane ( appelez cela comme vous voulez ). Cette histoire a été repris en écho par nos plus grands philosophes modernes: Mr DEBBOUZE et un concerné par ces affaires Mr BENZEMA ( mais que fait donc Cyril HANNOUNA? ). Mise à part nuire aux futurs résultats de leur sélection adorée et mettre en avant ces petits bobos persos, je ne vois pas trop l'intérêt de tels propos car le simple fait d'avoir une vue d'ensemble permet sans aucun mal de s'apercevoir qu'il n'y a pas de débat. Enfin, je dis "sans aucun mal" mais on ne dirait pas que ce soit le cas pour tout le monde: moi je dis ça mais n'est pas philosophe qui veut.


Ce simple papier veut juste exprimer une simple indignation. Pourquoi brandir la carte du racisme dès que l'on avance vers un sujet conflictuel? D'où vient cette impulsion totalement absurde? C'est vraiment du grand n'importe quoi. Comment peut-on avancer ou évoluer quand on stagne au niveau de la médiocrité. Dans la vie de tous les jours, ou dans notre enfance, on s'est tous fait traiter de raciste: parce qu'on jouait seul avec ces potes au foot, parce qu'on avait pas la langage adéquat ou parce que vous vous indignez sur un sujet communautariste.
Le cinéma, par sa diversité est un exemple. J'ai maté, il y a peu de temps, TAXI TEHERAN, TIMBUKTU ou en gros des réalisateurs musulmans dénoncent l'extrémisme même de leur religion. Merde il va falloir créer une communauté dans la communauté? Nous qui sommes friand de mettre des étiquettes sur les choses ou les gens on va plus en avoir assez???
Dépassons nos pré-jugés, essayons de voir plus loin que le bout de notre nez ou de notre téléviseur. J'en ai marre que l'on revienne toujours sur les mêmes sujets. Ou on est raciste ou on fait trop dans le social? Ou on est communiste ou d'extrême droite? La France est soi disant d'extrême droite mais à y regarder de plus près combien y a t-il d'abstentionniste? merde ces derniers sont majoritaires mais on va retenir une nouvelle fois que ce qui arrange ou ce qui fait le buzz!!! Ahhh ce fameux buzz qui incite tout le monde à dire ce qu'il pense car il s'estime en droit de le dire mais peut-on et surtout doit-on tout entendre? Je veux bien que l'on soit franc ou Grande Gueule ( c'est à la mode et apparemment ça en jette ) mais s'il vous plait avec un minimum de recul et de réflexion? Les plus grands auteurs et penseurs ( les vrais ) passaient des mois avant d'arriver à pondre quelque chose de censé. Parlons de choses essentielles, avançons sur des sujets qui feront bouger les choses. Il faut maintenant attendre 20 min pendant les journaux pour entendre quelque chose d'intéressant. On a besoin d'icône mais l'individu seul ne peut rien faire. Ne restons pas fixé sur ce que nous savons déjà mais allons plus loin. Je l'ai déjà dit dans un précédent édito mais la culture au travers des livres, deq films et des documentaires aideront à l'évolution.



J'ai peur pour notre avenir et j'ai peur pour mes fils. Je me dis souvent que tant qu'ils sont à la maison je les protège de ce folklore mais pour combien de temps? Il va bien falloir que je les lâche un jour et que je leur apprenne à se servir d'un kit de survie dans cette jungle et je crois malheureusement que l'instruction soit la seule issue positive pour eux.
Voila, je me relève du divan, j'y serai bien resté un peu.Tiens, je vais aller créer mon courant de pensée. Vous me direz combien je vous dois? Le débat est ouvert...

L'Avis Totalement Subjectif: Money Monster


George Clooney et Julia Roberts dans un thriller dénonçant le monde de la finance, et filmés par Jodie Foster? Mais oui, j'y cours! Pardon, c'est mon côté naïf qui ressurgit. Il arrive par moment que cette bonne vieille innocence refasse surface chassant d'un revers de la main le garçon un peu blasé par le contexte cinématographique ambiant que je suis. Au premier abord, cette entreprise menée par ce trio de choc m'avait tout l'air d'être tout-à-fait honnête et me promettait un retour vers un cinéma classique, parlant avec force, humour et dynamisme de sujets sérieux. Qu'en a-t-il été finalement?

De quoi ça s'agit?
Le présentateur Lee Gates (G. Clooney) en charge de l'émission "Money Monster" est pris en otage en direct par Kyle, un spectateur. La réalisatrice du show Patty Fenn (Julia Roberts) décide de continuer la diffusion du direct...

Alors on va être franc, "Money Monster" est un film de bonne facture. Son entame s'avère être tout-à-fait pertinente dans le fait de montrer toute la frénésie, un peu vaine, du monde de la télévision et certains de ses rouages. Une entrée en matière efficace qui remplit parfaitement son contrat dans la présentation du contexte et des personnages. En quelques phrases, on comprend tout de suite qui est qui et quels sont les enjeux. La réalisatrice nous gratifie d'un montage alterné, encore une fois, efficace et l'entrée du troisième personnage Kyle (joué par Jack O'Connell, excellent) arrive à point nommé. On sent alors la tension, l'angoisse et l'inquiétude.
Mais alors que tout se passait plutôt bien, arrive le moment fatidique qui m'a totalement sorti du film. C'est là que j'ai réalisé que l'ensemble de cette "œuvre" n'était qu'une supercherie et que les vraies raisons du film s'avèrent être bien plus pro-système. L'intervention de la femme du "terroriste" va totalement changer la donne et la bien-pensance américaine va alors reprendre ses droits. Les gentils seront encore plus gentils et le méchant sera méchant mais pas trop, mais un peu bête quand même. Bon sang de bois, avec un pitch pareil, il y avait de quoi enfoncer les quelques costards-cravattes qui se gavent et montrer ainsi comment ils ont la capacité de faire s'effondrer une société entière. Plutôt que mettre en avant Kyle, l'élément déclencheur, celui qui vient tirer la sonnette d'alarme en disant "Hé oh, c'est avec notre pognon que vous jouez là. Faites un peu attention, il s'agit de toutes nos économies, quand même.", ce sont les représentants du système eux-mêmes, campés par les stars du film, qui reprennent le dessus. L'un parce sa vie est en jeu et l'autre par cela va faire de l'audimat. Un tel spectacle de cynisme me donne la nausée...
Sans parler d'un manque cruel de dramatisation sur le parcours de Kyle qui, une fois l'histoire terminée, sera tombé dans l'oubli le plus total. C'est peut-être là, le vrai point fort de "Money Monster": la sur-médiatisation amenant à la banalisation d'évènements de plus en plus surréalistes. Seulement, le moment dure 10 secondes et la dernière scène finit de m'achever complètement, tant elle tombe dans la complaisance et "Ne vous inquiétez pas, les gentils vont restés ensemble et vont se serrer les coudes et affronter cette vie tellement dure".
Quelle a été l'ambition de Jodie Foster dans ce film? Quel est le message qu'elle voulait transmettre? Peut-être aurons-nous la réponse, un jour...   


Au final...
Si le projet de départ s'annoncer très alléchant, le résultat en est tout autre. Que ce soit Jodie Foster ou une autre personne, la mise en scène se révèle très classique et certainement trop pour un sujet pareil. Servi par des acteurs faisant très bien le boulot (Clooney et Roberts) et un au-dessus des autres (Jack O'Connell) mais qui sera vite relayé au second plan, parce que c'est Hollywood, "Money Monster" ne restera malheuresement qu'un thriller de plus, donnant dans la bienséance et le bon sentiment alors qu'il aurait dû bousculer et dénoncer. Dommage...

Podcast #41 - Captain America: Civil War


Le combat des super-slips a-t-il vraiment eu lieu? - Partie 2
La Phase 3 du "Marvel Cinematic Universe" est donc lancée. Avec ce nouvel opus de "Cap", Marvel Studios signe à la fois un début et une fin. En effet, le studio appartenant à Disney a dissout il y a quelques mois son comité créatif. De plus, le patron de Marvel, Ike Perlmutter, s'est vu retirer tout regard sur la partie créative, laissant ainsi plus de marge de manoeuvre au Big Boss du studio, Kevin Feige. Ce "Civil War" est donc le dernier film de cette ère. Malgré, il est vrai, une certaine similitude dans la formule avec les précédents films, un léger changement s'est opéré et devrait être totalement accompli sur le prochain "Doctor Strange" en novembre prochain. Un casting agrandi, de nouveaux personnages et une intrigue qui, malgré le fait que les conséquences sur le reste de l'univers soient quasi inexistantes, tient plutôt la route; de quoi faire un joli pied de nez à la concurrence un mois après la sortie de "BvS". Aller, encore quelques mois à attendre avant de savoir s'il faut définitivement laisser tomber cette affaire-là. Mais il est vrai que cette série TV sur grand écran (à 10€ l'épisode quand même) commence sérieusement à s'essouffler et continue de nous promettre des choses pour le double épisode final "Infinity War". Wait and see...

PS: Ce numéro du podcast pourrait s'avérer un petit perturbant car un effet d'écho est présent durant tout l'épisode. Je vous présente donc mes excuses pour ce désagrément et vous promets de faire à peu près 10 000 vérifications au moment du prochain enregistrement.

Au programme ce mois-ci donc...
Le mélange "J'm'en fous/J'm'en fous pas" et news ("The Killing Joke", Cannes 2016, CinemaCon,...) s'avère plutôt efficace, du coup, on poursuit. Raph nous fera un petit retour le Box-Office. Après notre débat sur le film et les coups de coeur/coups de gueule, on terminera par le désormais traditionnel Quiz.

L'Edito de Raph
Amis d'Un Coin de Ciné, je vous souhaite une nouvelle fois bien le bonjour. Nous ne voulons pas plonger dans la monotonie mais il faut avouer que d'enchaîner deux podcasts avec des supers héros nous y plonge directement. Cette fois-ci, c'est la grosse machine de guerre MARVEL qui s'emploie à montrer ces gros muscles pour la treizième fois. Et oui les amis, cela fait treize fois qu'on nous sert la même soupe comics made in MARVEL et la vielle bique de Stan Lee, qui est en cuisine, nous regarde avec son sourire édentée pour nous dire qu'il est en train de faire mariner la suite. C'est de la méchanceté gratuite car ça doit faire un moment qu'il a plus touché une manette ce bon vieux Stan.  Bref, je sais pas ce que vous en pensez mais moi, dans cet univers de films à gros budget qui s'enchainent, je m'y perds. Il me faudrait une session d'une semaine complète pour tout me remémorer; pour ceux qui écoutent les podcasts, voyez mes prestations aux quiz c'est affligeant. Aucune diversité de ton ni de mise en scène: ces ingrédients marchent et les billets dégringolent du box-office. Apparemment, ils commencent la Phase 3 et ça devrait changer. Merde, quand j'y pense, c'est qu'il devait y avoir une différence entre la Phase 1 et la 2 je m'en rends pas compte... Cette hypothèse présente deux risques: le premier est le fait de changer une recette qui marche mais avec un éventuel essoufflement à moyen terme, le deuxième, de changer de ton avec les risques que DC COMICS a pu rencontrer?
Quoiqu'il en soit, Seb et Lolo m'accompagnent une nouvelle fois pour parler de ce dernier MARVEL.
Bon écoute à tous et à vos commentaires.
Cinématographiquement votre.


"Snowden" le prochain Oliver Stone


La bande annonce de l'adaptation animée de "The Killing Joke"



La CinemaCon 2016 de Las Vegas nous a réservé quelques annonces


Nos premières impressions sur la sélection cannoise et sur le jury du festival
(Message perso: Georges, je t'aime!)






C'est donc tout pour ce nouvel épisode. Un bien joli programme ma foi. Je tiens encore à m'excuser pour l'effet d'écho du podcast, nous ne nous en sommes pas rendus compte lors de l'enregistrement et j'ai donc essayé de le réduire un maximum. C'est promis, pour le prochain nous serons plus vigilants puisqu'au mois de juin, nous serons bien sûr là. ;)

Retrouvez-nous sur iTunes (mettez-nous cinq étoiles!), Facebook (likez-nous!) et sur nos comptes Twitter (Raph / Lo), laissez-nous des petits messages gentils et partagez-nous si vous aimez ce que nous faisons.

Pour télécharger l'épisode, c'est par ici en MP3.

Allez au cinéma et rendez-vous en juin pour un prochain épisode.
Prenez soin de vous!


https://itunes.apple.com/fr/podcast/un-coin-de-cine/id507807089?l=en

Un hommage comme un autre


"Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis et que de l'horizon, embrassant tout le cercle, il nous verse un jour noir plus triste que les nuits". Ceci est une citation mélancolique de Rimbaud. Commencer un édito par quelques alexandrins d'un poète très connu peut paraitre intello voire ringard mais c'est réellement mon état d'esprit depuis ce début d'année. 2016 va être long.
Mes amis, beaucoup trop de légendes nous ont quitté. Bowie, Prince, Billy Paul: l'addition est salée. Je me sens comme un orphelin. Merde, j'en viens même à leur en vouloir quand je vois ce qu'il reste. Où sont leurs héritiers? Ce trio là, c'était la classe, qui était pas obligé de se dessaper dans un clip ou de faire le buzz pour partager leur talent.
Les temps sont durs où toute valeur part en vrille. Regardez un peu le zapping et vous comprendrez. On y voit des politiciens se foutrent de notre gueule et se contredire tous les deux mois, on y voit aussi des gens qui pour endormir leurs enfants le soir, leur ont installé une télé dans leur chambre en leur indiquant de penser à l'éteindre dès qu'ils sentent le sommeil venir (les enfants ont 6 ans!). Il ne faut pas oublier le "squatteur" de cette hérésie; je veux parler du ridicule Hanouna qui est prêt à n'importe quoi pour faire de l'audimat. Et le pire, c'est qu'il en fait et se permet de le dire haut et fort comme s'il insultait entre quatre yeux Dame Culture. Mettez NRJ 12 une heure et vous verrez avec quoi se nourrit nos ados, ça fait peur.



Alors oui, j'en ai marre de ce folklore incessant où j'en viens à me demander si je suis normal. La culture, en parallèle avec nos parents, nous a éduqué. Le cinéma, au travers de certains films, nous ont procuré des émotions qui nous ont forgé. J'entends les quelques survivants de ce décor ridicule que j'ai planté qui disent "même pas mort, même pas mort" (dixit Renaud). Certes, le Phoenix renait de ces cendres mais bon dieu que le faciès a morflé et son chant n'est plus si harmonieux. N'est pas une légende qui veut.
Alors les amis, finissons sur une note positive. On pourrait très bien rester la "Nuit Debout" mais ça suffit pas. Luttez par la culture: allez au cinéma, lisez, réagissez, transmettez ce que vous savez à vos gosses ou à vos proches. Le partage se perd. Il n'y a pas de petites luttes, cultivons la créativité.
Restons optimiste, apparemment ça se cultive.

Cinématographiquement votre.

Podcast #40 - Batman V Superman


Le combat des super-slips a-t-il vraiment eu lieu?
C'est à notre tour d'affronter cette bête étrange. Je vais m'autoriser un petit avis perso sur cette affaire, si vous le voulez bien. Les critiques qui se sont déversées sur le film de Zack Snyder ont été d'une violence inouïe. Rarement un film récent, issu de la pop culture, aura suscité autant de haine. Alors oui, certaines critiques sont justifiées, notamment concernant les problèmes de cohérence et la caractérisation des personnages, mais de là à dire que le film est le pire du genre "super-héroïque" voire le pire de tous les temps, il y a quand même une marge. Ce qu'il faut dénoncer avant tout ce sont les pratiques des studios qui investissent de plus en plus d'argent dans un nombre de plus en plus limité de projets. Mais aussi, la systématisation des univers partagés qui font que les films deviennent de simples teasers pour annoncer les suivants et non plus des œuvres se suffisant à elles-mêmes. Du coup, on assiste aussi à une radicalisation de la pensée du côté du public. Toucher à des icônes telles que Superman ou Batman relèvera bientôt de l'hérésie. Deux termes religieux dans une même phrase, c'est dire si aujourd'hui on en arrive à des extrêmes des états d'esprits et dans une logique de renfermement sur soi. Des tendances qui vont à l'encontre des fondements même de la pop culture.
Nous avons attendu que la tempête passe pour vous donner notre avis et tenter de prendre un peu de recul sur tout ça.

Au programme ce mois-ci donc...
On attaque avec les petites news (la suite de "Shining" et de "Deadpool", Benedict Cumberbatch, "Warcraft", "Rogue One",...) qui vont durer au moins 1h30! Le point Box-Office sera également de la partie. Ensuite, on débattra du film du mois avant de donner nos coups de cœur et coup de gueule. Enfin, son Altesse from Monaco nous a concocté un petit Quiz spécial Super-Héros.

L'Edito de Raph
Amis d'Un Coin de Ciné, nous revoilà face à un film de super héros aux attentes importantes. Les teasers et les différentes bandes-annonces nous ont mis l'eau à la bouche mais le résultat... Alors c'est sur l'énorme enthousiasme régnant autour de ce fantastique duel ternit outre mesure le rendu de ce film pour lequel on a voulu être original. Et oui ce que vous avez pu voir n'est qu'un morceau d'une œuvre qui ne fera qu'une à la fin de cette trilogie ou série de films. Vous ne comprenez pas ce que je suis en train de dire? Moi non plus, c'est normal et le pire c'est que même les concepteurs de ce film non plus. Le fait de mettre des noms ronflants avec un bon combat rempli de testostérone suffisent à se convaincre que ça a marché mais à la lecture des entrées, on comprend qu'on ne reprendra pas le public à deux fois. La prochaine fois, le bouche à oreille aura tout intérêt à être bon. En espérant que DC Comics/Warner verra tout cela de cette manière et que l'on mettra l'aspect de profits au second plan. Oui je sais, je suis et je resterai un doux rêveur mais il faut avouer que les claques artistiques, on en prend de moins en moins et que c'est souvent dans la simplicité que le succès est au rendez-vous. Ne désespérez pas, Un Coin de Ciné recherche tout cela pour vous.
En attendant, installez vous tranquillement et laissez vous guider pour cette analyse objective d'une déception mesurée. 


La prochaine adaptation de S. King (suite de "Shining")

La première bande-annonce de "Rogue One: A Star Wars Story"




Benedict Cumberbatch vient faire un petit coucou dans un comics shop new-yorkais





On vous laisse donc avec ces 2h30 bien fournies d'émission qui, on espère, vous plaira. Le film du mois prochain n'est pas encore choisi (peut-être "Captain America: Civil War"...) mais on sera présents en mai.
Vous pouvez nous retrouver sur iTunes, Facebook et sur nos comptes Twitter (Raph / Lo).

Pour télécharger l'épisode, c'est par ici en MP3.

Sur ce, portez-vous bien, allez au cinéma et on vous embrasse.
Rendez-vous en mai pour un prochain numéro!.


https://itunes.apple.com/fr/podcast/un-coin-de-cine/id507807089?l=en

Podcast #39 - The Revenant


Enfilez votre chapka, ça va saigner.
Chose promise, chose due, c'est donc l'heure pour nous de vous livrer le second épisode de mars. Et quelle manière, puisque on s'attaque au monument The Revenant d'Alejandro G. Iñárritu. L'histoire vraie du trappeur Hugh Glass (L. DiCaprio) dans l'Amérique profonde croisant la route d'indiens redoutables et surtout d'une maman ours qui va lui coller la dérouillée de sa vie. Autant dire une belle claque dans la tronche! Une telle proposition de cinéma se devait d'être traitée chez nous. Alors on se lance!
Son Altesse Royale de Monaco étant alitée, c'est donc un petit podcast classique à deux. Mais pas de panique, on vous a préparé un beau programme.

Au programme ce mois-ci donc...
Du classique avec des petites news (pas) forcément utiles pour démarrer, suivies du point sur le Box-Office. On donnera nos points de vue sur le film, avant de se lancer dans les Coups de Coeur/Coups de Gueule.

L'Edito de Raph
C'est sur des sommets cinématographiques que l'on vous retrouve.
Enfin loin derrière nous les films médiocres, enfin loin derrière nous tous ces scénarios vus et revus pour lesquels on connait déjà la fin. Ce que je retiens de ce film, c'est une phrase qui va faire écho pour longtemps dans ma vie "Tant que tu respires, tu te bats". Je trouve ce dicton très bien adapté à son acteur que j'appellerai bien affectueusement Léo et à qui je m'adresse très humblement en guise d'hommage.
Ahh, hormis les cris d'idolatrie des jeunes pubères à l'époque de Titanic, les Ocars t'avaient fait comprendre que ce serait difficile de le ramener sur ta cheminée. Mais "Tant que tu respires, tu te bats". Avant cela, tu avais réalisé une performance magistrale au point de te transformer en jeune adolescent trisomique mais les Oscars n'allaient pas offrir leur trophée à un jeune boutonneux? "Tant que tu respires, tu te bats". Tu as tourné avec les plus grands; Cameron, Spielberg, Scorsese, Eastwood, Tarantino, Nolan... et là encore on notera que c'est encore insuffisant. Jugé perfectionniste, difficile à diriger, c'est de la manière la plus simple et surtout sans esprit de revanche que tu as récupéré ton Grâal tant mérité. Il ne te reste plus qu'à investir dans un efficace dépoussiérant et surtout d'éviter de regarder ta glorieuse filmographie à la dorure de ce trophée car "Tant que tu respires, tu te bats".
Mes chers amis l'analyse du film qui aura sacré Mr DiCaprio (un intime désormais) c'est à suivre dans ce podcast.
Cinématographiquement votre

90 ans pour Jerry Lewis


La chaîne Youtube "The Grand Test" et ses théories sur Game of Thrones notamment


Le court-métrage "Darth Maul: Apprentice"


 Quel regard malicieux...


Partage et Commentaires = Amour et Bonheur!
Abonnement à iTunes et Like sur la page Facebook = Joie et Tendresse!

Suivez-nous aussi sur Twitter:  Raph / Lorànt


Pour télécharger l'épisode, c'est par ici en MP3.


Prenez soin de vous, allez au cinéma et rendez-vous pour l'épisode d'avril.


https://itunes.apple.com/fr/podcast/un-coin-de-cine/id507807089?l=en

Fourni par Blogger.