Un point de vue comme un autre: Moi Daniel BLAKE


Amis d'un coin de ciné, je vous souhaite bien le bonjour.
Aller voir un film de Ken LOACH, c'est un peu comme si on allait dans un manège à sensation les yeux bandés. On peut ressortir de là complémentent bouleversé ou alors on reste heureux même si on a préféré ce qu'on a ressenti la dernière fois.


Daniel BLAKE est un homme de 59 ans qui, suite à un accident cardiaque, doit faire appel à une aide sociale car son médecin lui interdit d'exercer son métier de charpentier. Malgré cette contre-indication médicale, l'état anglais lui oblige à rechercher un travail car il ne le reconnaît pas suffisamment handicapé et le menace même de sanctions financières. Au cours de ces différentes visites au "job center", il va rencontrer Katie, une mère de deux enfants, qui a été contrainte de déménager à 450 km de sa ville natale sous peine d'être placée dans un foyer d'accueil. Daniel BLAKE et Katie, tous deux faces à des situations désespérées, vont décider de s'entraider.


Ken LOACH est un génie. C'est dans la simplicité du récit que ce réalisateur réussit à puiser la puissance des sentiments et des émotions. Face à ces aberrations, ce film transpire la rage de s'en sortir à tout prix, la détermination à vouloir rester digne et solidaire dans la difficulté. En prenant des acteurs inconnus, Ken LOACH réussit avec beaucoup de dextérité à leur laisser "carte blanche" ce qui donne dans leur jeu d'acteur une sorte de naïveté juvénile qui décuple la puissance du film. A 80 ans tout de même, la Palme d'Or reçue à Cannes cette année par Mr LOACH est sans appel. Il rentre dans le cercle très fermé des réalisateurs à en avoir deux et aussi mon infinie reconnaissance car c'est ce genre de films qui m'ont fait aimé le cinéma. Depuis "Million Dollar Baby", je n'étais pas ressorti d'une salle de cinéma si bouleversé.
C'est un gros coup de cœur pour moi qui lui vaut bien un 4.5/5 sur l'échelle d'Un Coin de Ciné. On frôle la perfection. Merci pour ce moment.

Cinématographiquement votre.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Podcast #44 - Le Bon Gros Géant

Podcast #51 - La La Land